lundi 28 mai 2018

C'est Lundi, que lisez-vous ? #97

C'est l'heure du célèbre rendez-vous "C'est lundi, que lisez-vous ?", inspiré de It's Monday, What are you reading ?, repris par Galleane. Le récapitulatif des liens se fait sur son blog.


Chaque lundi, on répond à trois questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?


La semaine dernière, j'ai lu :


Un livre dur, puissant et magnifique sur une partie de l'Histoire que l'on ne connaît que trop peu... Coup de coeur !


En ce moment, je lis :

Ada et Judith. L’une rêve de réaliser un film, l’autre de devenir grand reporter, mais l’horizon du succès semble chaque jour un peu plus fantasmatique. Ada et Judith, ou deux fils tendus au-dessus du vide.

Seule, sans projet concret, bientôt délogée de son appartement, Ada présente aujourd’hui son scénario à un producteur enflé par la réussite, Denis Moucheteux. Pour elle, c’est le rendez-vous de la dernière chance, pour lui, l’occasion de jouer avec une souris affolée. Dévorée d’angoisse, Ada n’a pas le choix, elle doit convaincre le matamore. Alors elle lui raconte une histoire de funambule…
En reportage dans un cirque de seconde zone, Judith croise la route de Julien, acrobate génial mais farouche. Enfin décidée à reprendre le fil de son destin, elle lui propose une idée folle et magnifique qui les rendra tous deux célèbres. D’abord hostile, Julien finit par la rejoindre à Paris et par accepter de danser dans le ciel de la capitale…

Comiques, parfois grotesques, toujours attachantes, Ada et Judith ne sont ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait distinctes. L’humour et la sensibilité de Charlotte Erlih glisse avec grâce sur une vertigineuse construction en abyme. Sous sa légèreté apparente, Funambules évoque le difficile trajet qui consiste à prendre le risque d’exister. A être au présent, un pas après l’autre. Sur le fil du rasoir. Vivant, parce qu’on peut tomber. Parce qu’on peut rater.

Merci aux éditions Grasset !

Ma prochaine lecture :



Bla-bla / my-life :

Peut-être l'avez-vous remarqué, j'ai été très discrète la semaine dernière (je n'ai même pas posté de C'est Lundi, c'est pour vous dire !). J'ai eu effectivement une semaine très chargée à cause de tous les préparatifs en vue de mon opération (une opération de l'estomac). Je rentre demain à l'hôpital et donc, le blog fera une petite pause jusqu'au 4 juin si tout va bien. 

D'ici là, je vous souhaite comme d'habitude une excellente semaine et de très belles lectures. 

A bientôt ^^



dimanche 27 mai 2018

Premières lignes #39 : "Idaho" d'Emily Ruskovich

Ce rendez-vous hebdomadaire a été créé par Ma Lecturothèque.

Le principe est simple : il s’agit de présenter chaque semaine l’incipit d’un roman.

Ce rendez-vous est très intéressant car il nous permet de découvrir en quelques lignes un style, un langage, un univers, une atmosphère.

On choisit le livre que l'on veut : un coup de cœur, une lecture actuelle, un livre de sa PAL, un emprunt à la bibliothèque...



Aujourd'hui, je vous propose de lire avec moi le premier roman de l'autrice américaine Emily Ruskovich, Idaho. "Un livre magnifique" selon de New York Times, récompensé par le prestigieux prix Oliver Henry Award en 2015, il nous plonge dans les méandres du souvenir. J'ai hâte de le lire. Bonne lecture !


Idaho, 1995. Par une chaude journée d’août, une famille se rend dans une clairière de montagne pour ramasser du bois. Tandis que Wade, le père, se charge d’empiler les bûches, Jenny, la mère, élague les branches qui dépassent. Leurs deux filles, June et May, âgées de neuf et six ans, se chamaillent et chantonnent pour passer le temps. C’est alors que se produit un drame inimaginable, qui détruit la famille à tout jamais. Neuf années plus tard, Wade a refait sa vie avec Ann au milieu des paysages sauvages et âpres de l’Idaho. Mais alors que la mémoire de son mari s’estompe, Ann devient obsédée par le passé de Wade. Déterminée à comprendre cette famille qu’elle n’a jamais connue, elle s’efforce de reconstituer ce qui est arrivé à la première épouse de Wade et à leurs filles.
Idaho est un roman magnétique qui nous amène sur le chemin tortueux et imprévisible du souvenir. La voix particulière d’Emily Ruskovich, elle, demeure inoubliable.




2004




Ils n'utilisaient jamais le pick-up, sauf une ou deux fois par an pour aller chercher du bois de chauffage. Le véhicule était garé un peu plus haut sur la colline, devant le bûcher, où il recueillait la pluie au creux des bosses du capot, et les larves de moustique dans l'eau de pluie. C'était ainsi quand Wade était marié à Jenny, ça l'est toujours maintenant qu'il est marié à Ann.
      Ann gravit parfois la colline pour s'asseoir dans le pick-up. Elle attend que Wade soit occupé, afin qu'il ne remarque pas son absence. Aujourd'hui, elle s'y rend sous prétexte de rapporter du bois, en tirant une luge bleue à travers la boue, l'herbe et les plaques de neige. Le bûcher n'est pas très éloigné de la maison, mais il est dissimulé par un bosquet de pins ponderosa. Elle a le sentiment de commettre une effraction, comme si elle n'avait pas le droit de poser les yeux sur rien de ce qui se trouve ici. 
       Le pick-up est garé sur l'un des rares replats, une improbable terrasse taillée dans le flanc de la montagne. Devant le bûcher, de l'autre côté du pick-up, quelques briques tombées ici ou là jonchent l'herbe et la neige. Des tourets de fil de fer tordu sont appuyés contre les arbres. Accrochées à une longue branche de mélèze, deux cordes épaisses tanguent l'une en face de l'autre, bien qu'à une époque elles aient peut-être été reliées par une planche - la balançoire d'un enfant.
       On est en mars, il fait beau et froid. Ann s'installe sur le siège du conducteur et referme doucement la portière. Elle boucle la ceinture de sécurité, puis baisse la vitre qui lui projette alors quelques gouttes d'eau sur les genoux. Du bout du doigt, elle touche les taches humides, tout en traçant des lignes dans sa tête pour les relier et ainsi former un dessin sur sa cuisse. Ce dessin lui évoque une souris, ou du moins une souris telle qu'un enfant l'aurait dessinée, avec un visage en triangle et une longue queue entortillée. Neuf ans plus tôt, quand Wade était encore marié à Jenny et que ses deux filles étaient encore en vie, une souris s'est introduite dans le pot d'échappement, est remontée jusqu'au moteur et a fait son nid sur le collecteur d'admission. Ann songe à quel point il est étrange que Wade se souvienne de cette souris, du bruit de ses petites pattes courant sous le capot, et pourtant qu'il ait oublié le prénom de sa première femme. C'est du moins l'impression qu'il donne, parfois. Mais la souris... la souris est restée tout ce qu'il y a de plus vivante de sa mémoire.
       Quelques années après avoir épousé Wade, Ann a trouvé une paire de gants en daim dans une boîte à outils rangée en haut d'un placard. Ils étaient bien plus beaux que les gants de travail que Wade portait habituellement et paraissaient neufs malgré l'odeur de brûlé qui s'en dégageait. C'est comme ça qu'elle a découvert l'histoire de la souris. Elle lui a demandé pourquoi il laissait ces gants dans un placard au lieu de s'en servir. Wade lui a répondu qu'il voulait préserver cette odeur. 
       L'odeur de quoi ?
       D'un nid de rongeur ayant pris feu.
       La dernière odeur dans les cheveux de sa fille.



Idaho, Emily Ruskovich, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Simon Baril, Gallmeister, collection "Americana", mai 2018, 368 pages, 23,50 €.


Je vous souhaite un excellent dimanche !

A demain ^^



jeudi 17 mai 2018

"Mon désir le plus ardent" de Pete Fromm

L'amour - le vrai - contre vents et marées

"Dormir ensemble ? L'un contre l'autre ? 
Dans ce domaine, nous restons les meilleurs."



Présentation de l'éditeur

Maddy s’était juré de ne jamais sortir avec un garçon du même âge qu’elle, encore moins avec un guide de rivière. Mais voilà Dalt, et il est parfait. À vingt ans, Maddy et Dalt s’embarquent dans une histoire d’amour qui durera toute leur vie. Mariés sur les berges de la Buffalo Fork, dans le Wyoming, devenus tous deux guides de pêche, ils vivent leur passion à cent à l’heure et fondent leur entreprise de rafting dans l’Oregon. Mais lorsque Maddy, frappée de vertiges, apprend qu’elle est enceinte et se voit en même temps diagnostiquer une sclérose en plaques, le couple se rend compte que l’aventure ne fait que commencer. Mon désir le plus ardent est le portrait d’un couple ancré dans le temps présent qui affronte avec courage et humour les épreuves de la vie. Avec sa voix pleine d’énergie, tout à la fois drôle et romantique, Pete Fromm nous offre une histoire d’amour inoubliable.


Mon Avis


J'ai découvert Peter Fromm avec l'inoubliable Lucy in the sky, un roman émouvant et drôle sur l'adolescence. Lorsque j'ai refermé Mon Désir le plus ardent, d'une j'avais le cœur en miettes, et de deux j'ai réalisé à quel point Pete Fromm est un grand écrivain. J'ai également pensé que j'avais eu beaucoup de chance d'avoir fait la connaissance de Maddy et de Dalt. C'est peut-être étrange, mais ces deux personnages ne me quitteront jamais tout à fait tant je les aime. Maddy et Dalt sont un couple pourtant ordinaire. Tous deux passionnés par le rafting, ils en ont fait leur métier. Ils se sont même mariés sur les berges de la Buffalo Fork. Pourquoi sont-ils si remarquables ? Qu'ont-ils de si particulier alors ? Ils s'aiment. Ils nous montrent un amour pur, celui qui demande des sacrifices, celui qui résiste malgré la tempête. Malgré la maladie. Même s'il est parfois ébranlé, il tient. Ils sont tellement bouleversants. Comment vous expliquer ?

"Dalt a enroulé ses doigts autour des miens, j'ai enroulé mes doigts autour des siens et nous nous tenons la main dans la rivière, yeux dans les yeux, luttant pour sourire, jusqu'à ce que j'aie l'impression que mes phalanges se fissurent. Puis je me relève et je me mords la lèvre, réchauffant ma main entre mes jambes, essuyant l'eau glaciale et cristalline sur la robe de mariée de ma mère. Dalton se tourne vers moi, lâchant un soupir comme si c'était la première 
respiration qu'il prenait de la matinée.
— Putain, dit-il. On l'a fait." (page 33)

Commençons par le début. Maddy et Dalton sont guides de rivière et amoureux. Ils se marient sur les berges de la Buffalo Fork, dans le Wyoming. Lors du traditionnel échange de vœux, ils utilisent le terme romantique "Mon désir le plus ardent". Ils fondent ensuite leur entreprise de rafting dans l'Oregon, qui marche plutôt bien quelques années après. Alors que Dalt est en voyage en Mongolie, Maddy tombe malade. Prise de vertiges incessants, elle apprend qu'elle est enceinte de son premier enfant. Quelques instants après, on lui diagnostique une sclérose en plaques. La vie du couple bascule. 



"On va commencer le décompte de nos vies tout de suite. On a des décennies devant nous, Mad. Toi et moi, côte à côte, front contre front. Peau contre peau. Une vie entière." (page 44)

Pour Maddy, passionnée de rafting, femme active et forte, cette maladie la condamne à rester à la maison. "Mais je n'ai que vingt-sept ans, merde. Je cours les rivières. Je franchis tous les rapides, même les pires, sans la plus petite hésitation. J'ai une santé de fer. Moi dans un fauteuil roulant, secouée de spasmes, tête pendante, mains sur les genoux, agitées de courants invisibles ?
Il faut dire que Maddy est une femme avec beaucoup de personnalité, elle est spontanée. Elle ne se laisse pas faire, elle est drôle, elle jure et elle s'en fout. Alors, évidemment, j'ai adoré ce personnage et je me suis beaucoup attachée à elle.
Dalt est au contraire un homme posé, calme, un peu rêveur, travailleur, qui ferait tout pour Maddy. Leur relation est tendre, touchante, très réaliste, naturelle.

Comme les cours de rivière, la vie de Maddy et de Dalt n'est pas un fleuve tranquille, loin de là. Dalt n'abandonne pas son épouse, il fait beaucoup de sacrifices, il fait des aménagements pour lui rendre la vie plus facile (comme la fabrication de cette fameuse rampe qui rend dingue Maddy...). Il fait preuve d'un amour profond et sincère pour elle. Maddy, elle, culpabilise, mais reste forte. C'est une battante, elle refuse de se laisser abattre. 

Dans Mon Désir le plus ardent, nul cliché, aucun pathos. C'est un récit réaliste, vrai, intense, poignant. Nous sommes plongés dans l'intimité de ce couple terriblement attachant, sans ressentir quelconque voyeurisme. Avec ces deux personnages, on oscille entre émotion et sourires. Ce livre nous procure de l'émotion à l'état pur, sans en faire trop. Ce roman est tendre, plein d'espoir et de bienveillance.


"— Où que tu ailles, Mad, où que tu emportes cette putain de saloperie de SP, je t'accompagnerai. (Il tape du poing sur la table, histoire d'enfoncer le clou.) Parce que te perdre, ce serait tellement pire qu'un bras endommagé. Quelque part dans le monde, il existe certainement des charpentiers manchots, mais personne ne peut vivre sans cœur, Mad. Personne. Même pas toi.
Nous restons assis, la table entre nous, dans notre cuisine en désordre.
— C'est mon désir le plus ardent, dis-je - nos vœux de mariage à la con. Tu te rends compte de ce que tu viens de faire, Dalt ?" (page 208)

Ce roman est remarquable. On reconnaît le ton humoristique de Lucy in the sky. J'ai même vu des traits communs entre Maddy et Lucy. 
On suit ce couple avec leurs humeurs, leur complicité, mais aussi leurs mésententes. Ils affrontent ensemble les épreuves de la vie, entachée par la maladie. Ils les affrontent avec courage, amour mais aussi avec humour. 

En bref, Mon Désir le plus ardent est selon moi, ni plus ni moins, la plus belle histoire d'amour qu'il m'ait été donné de lire. Elle est authentique. J'ai eu un véritable coup de cœur pour ce couple, notamment pour Maddy. C'est un récit poignant, réaliste, drôle, réaliste et émouvant à la fois. J'ai refermé ce livre le cœur en miettes. Faites la connaissance de Maddy et de Dalt. Vous ne les oublierez jamais.


Un grand merci aux éditions Gallmeister ! 


Mon Désir le plus ardent (If Not for This), Pete Fromm, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Juliane Nivelt, Gallmeister, collection "Americana", 05 avril 2018, 288 pages, 22,70 €, format Kindle : 15,99 €.

Lire les premières lignes de Mon Désir le plus ardent ? C'est par ici !

Bonus : Book trailer de l'édition américaine (cette musique... elle reflète tant la beauté du roman...)




Rejoignez-nous sur le groupe Facebook !



A bientôt ^^







mercredi 16 mai 2018

[Tag PKJ] #21 : le cinéma

Cette semaine, c'est le festival de Cannes et les éditions Pocket Jeunesse se sont inspirées de ce prestigieux événement pour créer un super tag sur le thème du cinéma !

Voici donc 9 nouvelles questions qui croisent les livres et le cinéma. Comme d'habitude, dans la mesure du possible, il faut proposer des réponses différentes pour chaque question.

C'est parti !







1) Citer un livre adapté au cinéma.



2) Citer un livre que vous aimeriez voir adapté au cinéma.
Il est en cours d'adaptation !

3) Citer un livre que vous avez lu avant de voir son adaptation.

4) Citer un livre que vous avez lu après avoir vu son adaptation.

5) Citer un livre dont l'adaptation au cinéma porte un autre nom que le titre du livre.

6) Citer un livre dont l'adaptation vous a déçue. 
Bon, je triche : c'est une série et non un film... :/

7) Citer un livre dont vous avez préféré l'adaptation.


8) Quel est le dernier film adapté d'un livre que vous avez vu ?
Je regarde les DVD de la saga tous les ans... C'est devenu mon rituel :)

9) Citer un livre qui fait des références au cinéma.


N'hésitez pas à reprendre ce tag et à partager vos réponses sur les réseaux sociaux ! 
Merci à Mme PKJ pour ce super tag !

A bientôt ^^




mardi 15 mai 2018

Top Ten Tuesday #30 : 10 romans dont les personnages sont des mères ou des futures mères

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon un thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a été initialement créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Frogzine. Le récapitulatif des liens se trouve sur son blog.

Le thème d'aujourd'hui est :


10 romans dont les personnages sont
des mères ou des futures mères

Un thème qui met les mamans à l'honneur : je valide ! J'adore les personnages maternels dans les romans. Ils sont tellement différents : des mères aimantes, possessives, (sur-)protectrices, ambitieuses, désespérées... Les livres nous rappellent qu'être mère de nos jours n'est pas une mince affaire. Parmi ces dix romans, beaucoup sont des coups de cœur. Bonne lecture !


1. Les Filles des autres, Amy Gentry (Robert Laffont, coll. La Bête Noire)

La disparition de Julie, 13 ans à l'époque, a dévasté la vie de sa mère, Anna. Pendant que son mari s'activait à la retrouver et participait à un groupe de parents dans la même situation que la leur, Anna sombrait dans la dépression et dans l'alcool. Pour elle, nul doute possible, Julie est morte peu après son enlèvement. Le retour de Julie, huit ans après, est un cataclysme pour cette mère de famille. Des éléments de son histoire ne collent pas, elle dissimule des affaires, elle ment. Anna en a la conviction, et nous, lecteurs, également. 
Servie par une structure originale, Les Filles des autres est LE thriller psychologique à lire absolument. Il est sorti chez Pocket récemment !
Ma chronique


2. L'Absente de Noël, Karine Silla (Editions de l'Observatoire)


Sophie, 20 ans, part en mission humanitaire au Sénégal avec sa meilleure amie, Pamela. Elle le jure à sa mère Virginie, elle sera rentrée en France le 24 décembre. Le jour J, seule Pamela est montée dans l'avion. Qu'est-il arrivé à Sophie ? A-t-elle fugué ? Est-elle prise en otage ? A-t-elle eu un accident ? Sa mère, son beau-père Gabriel, son grand-père et sa petite sœur décident de partir à sa recherche à Dakar. Son père, Antoine, sa belle-mère, Fanny, et son demi-frère, Paul, sont aussi de la partie... Mais ces deux familles ne s'entendent absolument pas. Le passé a fait naître en eux beaucoup de rancœur. Au Sénégal, les masques tombent, les langues se délient. La haine entre les deux femmes est à son paroxysme. Vont-ils enfin se comprendre ? Vont-ils faire face aux souffrances des uns et des autres qui perdurent depuis 20 ans ? Vont-ils retrouver la trace de Sophie ? Virginie, la mère de Sophie, en apprendra beaucoup sur sa fille qu'elle croyait connaître.
Ma chronique


3. Nulle part sur la terre, Michael Farris Smith (Sonatine)


Le récit débute avec Maben et sa fille de 5 ans, Annalee, qui déambulent seules au bord de la route. La jeune femme porte sur son épaule un sac-poubelle qui contient toutes leurs affaires, tout ce qu'il leur reste, c'est-à-dire quelques vêtements. Leurs peaux sont brûlées par le soleil. Elles marchent vers McComb, une petite ville du Mississippi. Suite à de multiples coups du sort, Maben est contrainte de retourner dans la ville où elle a grandi. Elle est partie de là-bas avec rien. Elle y retourne avec rien, mis à part sa fille. Pratiquement sans argent, elles dorment dans les toilettes d'une station-service. Leurs affaires, tout ce qu'elles possèdent, tiennent dans un sac-poubelle.  Maben est démunie, elle ne possède rien. Elle n'a plus que sa détermination. Malgré les nombreux coups du sort, l'adversité et la culpabilité, elle possède une envie farouche de vivre. C'est un roman poignant, à la fois sombre et lumineux, sur la rédemption et le pardon. Coup de cœur !


4. Frappe-toi le cœur, Amélie Nothomb (Albin Michel)


Marie est une très belle jeune femme de 19 ans, qui sait jouer de sa beauté et qui aime rendre les autres jeunes filles jalouses. Maintenant qu'elle est sortie de l'enfance, elle est prête à profiter de la vie. Elle rencontre un homme, Olivier, et tombe rapidement enceinte. Sa fille, Diane, est l'objet de toutes les attentions. Marie s'en rend compte et par jalousie envers elle, elle la rejette, elle ne la regarde pas, ne lui parle pas. Pour Diane, c'est une terrible blessure qui ne se refermera jamais. Heureusement pour elle, ses grands-parents lui sont d'un soutien indispensable. Devenue une belle jeune femme brillante, elle tente de vivre sa propre vie, avec ce bleu à l'âme... Frappe-toi le cœur est l'un des meilleurs romans d'Amélie Nothomb que j'ai pu lire. Sur un air de fable, il expose brillamment les liens mère-fille, la terrible jalousie de la mère qui peut véritablement détruire une famille, une vie. Comment se construire, comment vivre sa propre vie si notre mère nous méprise ? Nous ignore ? Ne nous regarde pas ? Du grand art.


5. Le Zoo, Gin Phillips (Robert Laffont, coll. La Bête Noire)


C'est un excellent thriller au rythme haletant, à l'atmosphère lourde et angoissante. Le zoo, lieu divertissant et agréable, est transformé en un endroit dangereux et sinistre avec sa musique d'Halloween tonitruante qui s'échappe des haut-parleurs. Joan, mère courageuse et dotée d'un sang-froid admirable, devient animale, suit ses instincts, pour protéger Lincoln, son fils de 4 ans. Le danger est partout : les tueurs les pourchassent, le bruit peut trahir leur présence, les autres visiteurs sont susceptibles de les mener à leur perte. Finalement, qui sont ces hommes ? Joan et Lincoln vont-ils s'en sortir ? Gin Phillips signe ici une intrigue originale et prenante qui prend aux tripes. Une excellente lecture que je ne peux que vous recommander.



6. Aquarium, David Vann (Gallmeister)


Pour échapper à la monotonie de son petit appartement, Caitlin, douze ans, se rend tous les soirs après l'école à l'aquarium de Seattle. Passionnée du monde aquatique, elle a l'ambition de devenir ichtyologiste et ne mange aucun poisson. Pendant qu'elle observe les espèces les plus singulières, elle se sent sereine, en sécurité. Et alors qu'elle regarde ce poisson si laid, elle fait la connaissance d'un vieil homme, "très vieux, du genre presque mort". Au fil du temps, elle se lie d'amitié avec lui. Il naît même entre ces deux personnages une relation de confiance. Lorsque la mère de Caitlin, Sheri, gruttière au port de Seattle, apprend cette amitié étrange, elle devient violente, hystérique et incontrôlable. Les secrets autour de Sheri et du vieil homme volent alors en éclats. Dorénavant, rien ne sera plus pareil pour Caitlin et sa mère. Aquarium est un roman remarquable sur le pardon et la refondation d'une famille malgré le poids du passé. Les descriptions et les connexions entre le monde aquatique et le monde des Hommes sont le fruit d'un talent incontestable. Plongez dans l'univers singulier de David Vann.
   

7. Les Flamboyantes, Robin Wasserman (Fayard)


Un roman choc remarquable sur une relation ultra-fusionnelle entre deux adolescentes, entre amour et haine, qui se révèle dangereuse. C'est également une histoire de vengeance, sur fond d'alcool, de sexe, de drogue et rock n'roll. Attention, les mots sont crus, quelques scènes sont difficiles, mais cette amitié sulfureuse est fascinante. Quant à la fin, elle semble "légère" pour certains lecteurs-blogueurs, cependant, elle donne à réfléchir. Cruel, captivant et scandaleux, Les Flamboyantes marque les mémoires. Les deux adolescentes ne sont pas les seules à susciter l'intérêt. Les mères ne sont pas en reste, notamment celle de Hannah. C'est une femme qui a l'impression de passer à côté de sa vie, qui a été bercée d'illusions. Elle nous montre qu'être mère d'une fille est loin d'être facile. Touchante, elle se démène pour le bien de sa fille, qui lui échappe de jour en jour.


8. LaRose, Louise Erdrich (Albin Michel)


Landreaux, un Indien Ojibwé, chasse dans la forêt près de chez lui. Il aperçoit le cerf qu'il avait repéré depuis des jours. Il tire. Le cerf s'enfuit. Une petite silhouette s'effondre. Landreaux vient de comprendre qu'il a tué accidentellement Dusty, le fils de ses voisins. Pour réparer sa faute, et selon les coutumes de ses ancêtres, il donne son plus jeune fils, LaRose, aux parents en deuil. L'auteure raconte les conséquences de ce grand bouleversement, entre traditions, histoires familiales, vengeances, pardon, légendes amérindiennes ; entre présent et passé. Les personnages féminins de la lignée des LaRose, sont également très intéressants. Il y a Emmaline, la mère de LaRose, profondément attristée par l'absence de son petit garçon. Il y a Nola, la mère de Dusty (et demi-soeur d'Emmaline), dont le cœur est empli de haine, de colère et de culpabilité. Il y a aussi Maggie, la sœur de Dusty, blessée, manipulatrice, méprisée par sa mère. Un roman brillant, intensément beau, magnifique. Légendes indiennes, deuil, vengeance, transmission, liens avec la nature et l'autre monde, ce livre est tout simplement empreint de magie. Notons également que l'excellente traduction d'Isabelle Reinharez.


9. Le Pouvoir, Naomi Alderman (Calmann-Lévy)


Dans Le Pouvoir de Naomi Alderman, paru en janvier chez Calmann-Lévy, les femmes ont une arme physique : elles portent en elles un faisceau électrique qui peut blesser ou tuer par simple contact. La peur change de camp. Les hommes deviennent rapidement le nouveau sexe faible. Cette révolution mondiale est racontée à travers quatre personnages principaux, dont Margot, maire d'une petite ville américaine et mère de famille qui se révèlera très ambitieuse après l'acquisition de son don. Naomi Alderman a su avec Le Pouvoir, créer un roman intense, au rythme haletant, d'une intelligence, d'une imagination et d'une cohérence incroyables.


10. La Saison des feux, Celeste Ng (Sonatine)


Une maison dans une banlieue huppée de Cleveland s'enflamme. la maison splendide des Richardson brûle en cette matinée d'été. Les voisins se massent autour de la barrière de sécurité installée par les policiers et les pompiers. Bien entendu, ils parlent. "Il y avait toujours eu quelque chose qui clochait" dans cette famille. Leur fille de 12 ans, Izzy, était un peu cinglée, tout le monde le savait. Et maintenant, Izzy s'était échappée, laissant Madame Richardson seule, dans son peignoir bleu pâle, sur sa pelouse arborée. Que diront les voisins lorsqu'ils apprendront que les locataires de Madame Richardson sont partis la veille au soir ? Diraient-ils aussi qu'elles étaient louches ? Il est vrai que Mia et sa fille de 15 ans, Pearl, sont totalement opposées à la famille Richardson. Que s'est-il passé entre ces deux familles ? Où se trouve Izzy ? Que va faire cette pauvre Madame Richardson, en peignoir bleu pâle à midi passé, les yeux rivés sur sa maison en flammes ? La Saison des feux est un thriller psychologique absolument remarquable. Ces deux femmes, ces deux familles, ces deux "mondes" sont fascinants. Secrets de famille, manipulations, faux-semblants, quelques coups bas, la tension va crescendo et nous sommes happés dans l'histoire. Les problématiques liées aux femmes, à la maternité, au racisme même, nous touchent directement et ne nous laissent pas indifférents. Un roman sur les femmes créé par une femme talentueuse.


J'espère que ce top Ten vous a plu et qu'elle vous a donné quelques idées pour vos futures lectures :)

A bientôt ^^