vendredi 22 septembre 2017

Premières lignes #09

Ce rendez-vous hebdomadaire a été créé par Ma Lecturothèque.

Le principe est simple : il s’agit de présenter chaque semaine l’incipit d’un roman.

Ce rendez-vous est très intéressant car il nous permet de découvrir en quelques lignes un style, un langage, un univers, une atmosphère.

On choisit le livre que l'on veut : un coup de cœur, une lecture actuelle, un livre de sa PAL, un emprunt à la bibliothèque...


Cela vous dit de lire les premières lignes du dernier Amélie Nothomb ? Je l'ai adoré et j'ai envie de vous donner envie de le dévorer. Let's go !



    Marie aimait son prénom. Moins banal qu'on ne le croyait, il la comblait. Quand elle disait qu'elle s'appelait Marie, cela produisait son effet. "Marie", répétait-on, charmé.
    Le nom ne suffisait pas à expliquer le succès. Elle se savait jolie. Grande et bien faite, le visage éclairé de blondeur, elle ne laissait pas indifférent. A Paris, elle serait passée inaperçue, mais elle habitait une ville assez éloignée de la capitale pour ne pas lui servir de banlieue. Elle avait toujours vécu là, tout le monde la connaissait.
    Marie avait 19 ans, son heure était venue. Une existence formidable l'attendait, elle le sentait. Elle étudiait le secrétariat, ce qui ne présageait rien - il fallait bien étudier quelque chose. On était en 1971. "Place aux jeunes", entendait-on partout.
    Elle fréquentait les gens de son âge aux soirées de la ville, elle n'en manquait pas une. Il y avait une fête presque chaque soir pour qui connaissait du monde. Après une enfance calme et une adolescence ennuyeuse, la vie commençait. "Désormais, c'est moi qui compte, c'est enfin mon histoire, ce n'est plus celle de mes parents, ni de ma sœur." Son aînée avait épousé un brave garçon l'été d'avant, elle était déjà mère, Marie l'avait félicitée en pensant : "Fini de rire, ma vieille !"
    Elle trouvait grisant d'attirer les regards, d'être jalousée des autres filles, de danser jusqu'au bout de la nuit, de rentrer chez elle au lever du jour, d'arriver en retard au cours. "Marie, vous avez encore fait la vie, vous", disait à chaque fois le professeur avec une fausse sévérité. Les laiderons qui étaient toujours à l'heure la contemplaient rageusement. Marie éclatait de son rire lumineux.


Frappe-toi le cœur, Amélie Nothomb, Albin Michel, sortie le 23 août 2017, 180 pages, 16,90 €, format Kindle : 11,99 €.


Je vous souhaite de très belles lectures.

A bientôt pour une prochaine chronique ^^





[Tag] Collection R


Aujourd'hui, nouveau tag, mais pas made in PKJ pour une fois ! Il s'agit d'un Tag créé par la Collection R des éditions Robert Laffont. C'est parti pour répondre à ces 10 questions, toujours évidemment sur les livres !

1. L'R du temps


Un roman actuel, moderne et bouleversant. Il nous concerne tous. L'auteur croise brillamment deux thématiques : l'adolescence et les attentats de janvier 2015. Je n'ai pas lu le second tome, mais il me tarde de le découvrir.



2. Une R nouvelle


Alors, attention ! Ce qui m'attire dans le futur imaginé par Neal Shusterman, c'est l'absence de criminalité, la disparition de toutes les maladies et la résurrection en un temps record en cas d'accident grave. Mais les Faucheurs qui viennent vous "glaner" à votre domicile, ça le fait nettement moins ! ^^ En tout cas, si vous ne l'avez toujours pas lu, je vous le conseille vivement !



3. Sur l'R de jeu


J'aurais voulu grandir à Poudlard...


4. Un R de musique


Mon choix est assez ambigu car dans ce roman sublime, le silence règne en maître. On est dans l'espace à bord d'une navette, puis on est dans l'Arctique dans une base scientifique. Ailleurs sur Terre, le monde s'est éteint. Cependant, l'auteure dépeint avec poésie des paysages sensationnels, met en avant la nature, les sensations, les sentiments des personnages. Un excellent moment de lecture, tout en poésie.



5. RRRR !!!


ON-NE-SE-MOQUE-PAS. (Merci !)


6. L'R de rien


J'ai souvent préféré Hermione à Harry. Elle a tellement de qualités :)


7. R BNB


Le livre parfait pour un moment cosy : une jolie romance historique telle que L'Oiseau des neiges.



8. Le bon R pur

Ce magnifique roman m'a donné envie de visiter l'Ecosse, les Highlands... Un beau projet à réaliser !



9. R de repos


Je ne le connais pas par cœur, mais ce que j'aime ce roman ! Il y a tout : une belle histoire d'amitié, des histoires d'amour, de la noirceur, de l'espoir. Un must-have. Papillon de nuit a même été récompensé hier soir : il a reçu le Grand Prix des Lecteurs Le Livre de Poche Polar. Grandement mérité ! Lisez-le !



10. Un R réjoui


J'avais beaucoup d'a priori sur ce livre. Il est très court, il semble assez élitiste avec sa couverture très simple. Et pourtant... j'ai lu les toutes premières lignes. Et je suis tombée amoureuse de cette prose magnifique, qui fait la part belle à la forêt, à la nature, à ceux qui ont besoin d'un refuge... Je vous en parlerai prochainement sur le blog, mais c'est un gros coup de cœur. Comme quoi... Il faut donner une chance aux livres, aux auteurs. Et dire que j'aurais pu passer à côté de cette pépite...


Voilà, j'espère que ce tag vous a plu et qu'il vous aura donné des idées de lecture. N'hésitez pas à le reprendre !

Je vous souhaite de très belles lectures.

A bientôt pour une prochaine chronique ^^










jeudi 21 septembre 2017

Throwback Thursday livresque #46

Le Throwback Thursday livresque est un nouveau rendez-vous inspiré du "Throwback Thursday" d'Instagram, et créé par le blog BettieRose Books.
Le principe est simple : on partage chaque jeudi une lecture qui correspond à un thème donné.
Le récapitulatif des liens se trouve sur le blog BettieRose Books.

Le thème de cette semaine est :


Une histoire d'amour,
a-t-on jamais assez d'amour ?


Non, on n'aura jamais assez d'amour ! ❤
J'ai choisi de vous parler d'un roman qu'on ne peut plus présenter. Il a été lu et chroniqué moult fois, il a même été adapté au cinéma l'année dernière... Il compte à l'heure actuelle 463 chroniques sur Livraddict... Mais il faut l'avouer, l'histoire d'amour y est vraiment belle, sincère et touchante. Et aujourd'hui, je ne peux pas m'empêcher de vous re-présenter :




Si le temps nous est compté...
Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l'Angleterre dont elle n'est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l'accueil glacial qu'il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l'accident qui l'a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n'a que quelques mois pour le faire changer d'avis.


Avant toi (Me Before You), Jojo Moyes, traduit de l'anglais (Angleterre) par Frédéric Le Berre, Milady, 524 pages, 7,90 €.


La conclusion de ma chronique : ""Avant toi" est un roman émouvant et bouleversant. C'est une romance, mais ce n'est pas du tout "guimauve". J'ai passé un bon moment de lecture MAIS j'ai trouvé le livre long par moments... Des passages dans le livre sont pour moi inutiles et plombent le rythme. Je n'ai pas pleuré comme beaucoup (mais je ne pleure jamais quand je lis donc...) cependant, on ne peut le nier : il y a de l'émotion, du rire, des sentiments forts dans ce best-seller. Je ne sais pas si je lirai la suite. Pour moi, il n'y en avait pas besoin. Par ailleurs, je n'ai pas vu le film, mais je n'ai lu que de bons avis. Je n'ai plus qu'à attendre que le cinéma près de chez moi propose le film à l'affiche... ou attendre la sortie du DVD :) Patience, patience..."



Je vous souhaite de très belles lectures.

A bientôt pour une prochaine chronique ^^
















mercredi 20 septembre 2017

"Demain sera tendre" de Pauline Perrignon

Tendre hommage

"Ton corps est un pli sous le drap. Ta main dépasse, je l'agrippe, comme je l'agrippais gamine.
Tes yeux bleus sont perdus.

Papa est mort, l'enfance avec."



Présentation de l'éditeur

Une fille, un père. Un homme tendre et têtu, qui voit sa famille grandir et ses espoirs s’éteindre. Lui qui croyait à une France construite sur une gauche généreuse, sur un syndicalisme réformateur, une presse moderne et utopique, cet homme de convictions voit la mélancolie le gagner. Mais il a un foyer où vivent sa femme et ses quatre filles, et tout au fond de lui, il transmet le flambeau à la nouvelle génération. L’amour de la musique, des lettres, de la liberté. Ce texte repose sur une belle alchimie  : il expose avec franchise, humour et douceur le regard d’une fille sur son père parti trop tôt. Un premier roman remuant.

Mon Avis

Même si la rentrée littéraire est l'objet de polémiques chaque année, elle a au moins le mérite de faire connaître aux lecteurs de nouvelles plumes. Et quelle plume, celle de Pauline Perrignon, dont Demain sera tendre est son premier roman ! L'auteure destine le récit entier à son père, décédé en 2013 d'un cancer. La première partie est consacrée à la profonde douleur de Pauline face à la mort de son père. Parfois avec humour, mais surtout avec beaucoup d'émotions, ce récit est tout simplement magnifique et on ne peut en ressortir que totalement bouleversé.

"Tu as tiré ta révérence un soir de novembre. Tu t'es fondu, entre les Saints et les Poilus, à bonne distance du sacré et de la guerre. A bonne distance, toujours. Tu as déserté, je dois bien m'y résoudre. (...) Tu es parti, papa. Pas à la guerre, ni loin d'elle. Ou de la tienne, peut-être, triste guerre, drôle de guerre, las d'avoir combattu en silence. Tu n'étais pas belliqueux." (page 12).

Il y a également ce rapport à la mort, à l'absence, au vide que laisse le père de l'auteure en elle. Ce récit nous touche, nous renvoie à notre propre histoire, inéluctablement.

"Je t'en ai voulu de déposer les armes. Ultime reddition, s'ajoutant à toutes celles qui l'avaient précédée et auxquelles je te trouvais des excuses. Mais d'elles tu te relevais, pas plus
guerroyeur ni plus fort. Vivant, au moins." (page 13).

Plus loin, l'auteure expose la vie de son père, à la santé fragile, mais vaillant pour défendre ses idées. Journaliste et militant de gauche, il était de tous les combats pour une autre société, plus juste. Un bel hommage à l'homme qu'il était. Cependant, l'auteure s'interroge sur le lien entre la génération combative d'avant-hier et la jeunesse d'aujourd'hui. Que reste-t-il de ces années où l'on n'hésitait pas à s'engager et à défendre nos valeurs et nos idées ?

"Mais si la vie donne les livres, on ignore qu'avec eux la vie recommence. Elle y éclot, et pourrait s'écrire encore et encore, cette vie-là qui ressurgit d'elle-même. Car les mots figent d'autant qu'ils invitent à la rencontre et, avec elle, d'autres histoires s'insinuent, et d'autres mots, tout ça n'en finit pas et n'est pas près d'en finir. N'y a-t-il pas de quoi se réjouir ?" (page 30).

Pauline raconte également sa propre histoire. Son parcours, ses déceptions amoureuses, son départ pour Londres, son mal-être, sa maladie, sa réaction face aux attentats qui ont touché Paris. "Comment exister quand le sens s'annule ?" s'interroge-t-elle. La parole de son père, ses explications, auraient pu l'éclairer sur ces drames. La jeunesse d'aujourd'hui doit faire parfois face à ses peurs, seule.

Ce roman au combien intime peut faire naître une certaine réticence au lecteur. L'auteure y a en effet glissé des souvenirs, des sentiments très personnels, et on a parfois l'impression de se sentir de trop face à tout ce flot d'amour, face à cette histoire intime et familiale. Cependant, au delà de ça, ce texte est d'une beauté saisissante, tant qu'elle ne peut que nous bouleverser. Il nous renvoie forcément à notre propre histoire.

Enfin, que dire du style de l'auteure, mis à part qu'il est magnifique, franc et délicat à la fois. Un récit poignant, aux airs poétiques, et un très bel hommage à ce père, à cet homme discret qui reprend vie en quelque sorte grâce à la jolie prose de sa fille.


En bref, Pauline Perrignon livre un premier roman poignant, tendre, bouleversant sur son père disparu. Avec sa plume magnifique, elle relate son histoire, et la sienne, avec sincérité, émotion et humour. Ce récit intimiste a le don de nous renvoyer à notre propre histoire. Et, comme moi, peut-être qu'il vous arrachera quelques larmes. J'espère que l'auteure continuera à écrire. Je sens qu'elle a encore plein de choses à nous livrer. Un premier roman remarquable.





Merci aux éditions Stock et au Comité de lecture Cultura.


Demain sera tendre, Pauline Perrignon, Stock, sortie le 23 août 2017, 216 p., 18,50 €, format Kindle : 12,99 €.



A bientôt pour une prochaine chronique ^^









lundi 18 septembre 2017

C'est Lundi, que lisez-vous ? #62

C'est l'heure du célèbre rendez-vous "C'est lundi, que lisez-vous ?", inspiré de It's Monday, What are you reading ?, repris par Galleane. Le récapitulatif des liens se fait sur son blog.


Chaque lundi, on répond à trois questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?


La semaine dernière, j'ai lu :



J'ai lu le très beau Par le vent pleuré de Ron Rash. De facture assez classique, ce roman noir est envoûtant, sombre et magnifique à la fois. Une belle réussite. Je ne connaissais pas la plume de Ron Rash, mais j'espère lire prochainement ses autres écrits.



En ce moment, je lis :

Le six-quatre ? Une affaire non résolue qui remonte à l’an 64 du règne de l’empereur Shôwa. Une fillette de sept ans enlevée et assassinée sans que l’on parvienne à arrêter son ravisseur. Quatorze années ont passé, l’empereur n’est plus le même, mais la plaie reste ouverte pour cette région du nord de Tokyo. Dans cette année civile 2002, la prescription des faits approche. Pourtant, pas question de baisser les bras. Le grand chef de la police nationale doit venir l’annoncer officiellement au père de la victime et à la presse. Le commissaire Mikami, en charge des relations publiques depuis peu, a une semaine pour organiser la visite. Premier défi : régler au plus vite un différend avec les journalistes; deuxième : vaincre la résistance du père ; troisième : ne pas se laisser envahir par ses propres démons. Mais pour relever ces défis, il lui faut avant tout débusquer la vérité aux sources les plus profondes de l’affaire et de l’âme humaine, là où il n’aurait jamais pensé la trouver…

Sortie le 21 septembre chez Liana Levi.



Mes prochaines lectures :


Je commencerai bientôt Vivre vite de Philippe Besson, que je lirai en LC avec Pauline du blog Entre les pages. Puis, j'enchaînerai avec N'écrire pour personne de A.L. Snijders, un recueil de petites histoires (qui n'auraient rien à voir avec des nouvelles). Bref, un très bon programme !


Articles publiés la semaine dernière :


Je vous souhaite une excellente semaine pleine de belles lectures !

A bientôt pour une prochaine chronique ^^