mercredi 9 août 2017

La Passe-Miroir, tome 3 : la Mémoire de Babel

"— La seule véritable erreur est celle qu’on ne corrige pas."


Auteur : Christelle Dabos
Illustrateur :
Editeur : Gallimard
Genre : Fantasy
Date de parution : 1er juin 2017
Nombre de pages : 496
Prix : 18 €
Prix format Kindle : 12,99 €

ATTENTION : SPOILERS SUR TOMES 1 ET 2



Présentation de l'éditeur

Deux ans et sept mois qu'Ophélie se morfond sur son arche d'Anima. Aujourd'hui, il lui faut agir, exploiter ce qu'elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d'information divulguées par Dieu. Sous une fausse identitié, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d'adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?


Mon Avis

Vendredi 02 juin 2017, Le Mans, aux alentours de 15h30. Première librairie : rien. Deuxième librairie : rien de rien. Troisième librairie : j'aperçois, après de longues minutes de recherche intensive, l'unique exemplaire de La Mémoire de Babel qui trône sur un présentoir. J'étais à la limite de me jeter dessus. Je vois bien le présentoir s'écraser sur le sol avec grand fracas, et moi étalée dessus, livre brandi vers le ciel. C'était limite ça.
Mais non, j'ai d'abord regardé autour de moi pour traquer un éventuel ennemi qui recherchait la même chose que moi. Personne. J'ai saisi brutalement le livre, je l'ai maintenu fortement entre mes mains et je ne l'ai pas lâché (jusqu'à la caisse, hein, bien sûr). Je n'exagère pas, ça s'est vraiment passé de cette façon. Eh oui, je peux être folle, parfois ^^.

Il faut dire que le troisième tome de La Passe-Miroir, série enchanteresse qui a su me happer des heures durant, était très attendu pour ma part (comme pour beaucoup de lecteurs). Après avoir eu deux gros coups de cœur pour les deux premiers opus, il était évident pour moi que ce troisième livre allait être un autre coup de cœur. Mais est-ce le cas ? Je vous en parle maintenant.

Deux ans et sept mois ont passé depuis la disparition de Thorn. Pour Ophélie, c'est retour à la case départ, sur son arche d'Anima. Mais grâce à Archibald, Gaëlle et Renard, elle parvient à s'échapper avec sa tante Roseline. Elle doit rejoindre l'arche de Babel sous une fausse identité et retrouver Thorn.

Nous nous retrouvons donc avec Ophélie, séparée de ses amis, qui doit se fondre dans la société de Babel, fascinante et très réglementaire : censure sur la guerre, codes vestimentaires stricts selon le rang social, royaume des automates et de la connaissance. On retrouve là la grande créativité de Christelle Dabos. Elle sait créer un monde original, différents de ceux qu'elle a façonnés à l'instar du Pôle ou d'Anima. La mythologie autour des Livres est plus riche, plus étoffée, et la géographie des Arches se dessine enfin. Et bien d'autres surprises nous sont réservées.

Ophélie, que nous connaissons comme maladroite et timide, se révèle incroyablement forte et déterminée à retrouver son époux. Elle est ici plus mature, son caractère s'affirme, elle n'hésite pas à dire ce qu'elle pense. Son évolution est à la fois cohérente et plaisante. Même si elle se retrouve séparée de ses amis (qui m'ont manquée), de nouveaux personnages attachants font leur apparition à ses côtés.

"Qui sème le vent récolte la tempête.
"Si Mediana m'a menti, songea-t-elle en serrant les mâchoires, si elle a tout inventé au sujet de Thorn, je ferai en sorte de devenir moi-même cette tempête."


Cependant, un long passage a suscité chez moi de l'ennui et des interrogations : celui dans lequel Ophélie se cache notamment sous une fausse identité. Je n'ai pas trouvé ce moment très palpitant et intéressant. J'ai même dû reposer le livre et en commencer un autre,tellement je m'ennuyais. Je ne m'y attendais pas. Heureusement, je l'ai repris, et à partir d'un retournement de situation, le rythme s'accélère, des révélations éclatent, la magie de l'imaginaire se remet en marche. Et je retrouve l'action et le charme des deux premiers tomes. Ouf.

La force du cycle de "La Passe-Miroir" est à coup sûr la puissance de l'imaginaire de Christelle Dabos, son originalité, sa créativité, ses personnages étranges mais attachants, ses intrigues riches en mystères et révélations. Tout cela coordonné dans un style efficace, précis et enchanteur.

En bref, La Mémoire de Babel est façonné comme ses deux grands frères : avec de l'action (qui arrive un peu tardivement), une atmosphère sombre, des personnages attachants, un univers imaginaire fascinant et cohérent, une mythologie très intéressante. Seulement, cette fois-ci, je n'ai pas eu ce coup de cœur attendu même si j'ai beaucoup apprécié ma lecture. Mais je n'ai aucun doute sur ce point : le quatrième et dernier tome sera un coup de cœur. Vu la fin de cet opus, ce n'est désormais plus un mystère.




A bientôt pour une prochaine chronique ^^








1 commentaire:

  1. Dommage pour ce moment d'ennui. Après, c'est un tome plus axé sur la psyché d'Ophélie, son évolution, etc ... Finalement, c'est la première fois qu'elle peut véritablement prendre du recul sur elle-même depuis le début de cette aventure.
    C'est fou (et génial) le succès que cette série a ! Je sais déjà que je me battrai pour un exemplaire du tome 4 en librairie au jour où il sortira =D !

    RépondreSupprimer