dimanche 13 août 2017

In My Mailbox #42

In My Mailbox est un rendez-vous hebdomadaire qui a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. C'est le blog Lire ou Mourir qui s'occupe de la gestion du IMM français.


Deux Achats



Si célèbre soit-il, James Dean, symbole de la jeunesse éternelle, demeure toujours aussi insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, dresse, à travers la voix de ses proches, le portrait intime d'un garçon de l'Indiana, inconsolable et myope, turbulent mais d'une beauté irrésistible, qui s'est donné à tous, sans jamais appartenir à personne : un acteur incandescent devenu, en trois films et un accident de voiture, une icône intemporelle.

Vivre vite, de Philippe Besson, éditions 10/18, 2016, 168 p., 7,10 €.





Après des années de catastrophes naturelles successives, une frontière a été tracée entre le nord et le sud des États-Unis. Le sud, de la Louisiane à la Floride, est devenu un véritable no man's land. La région a été évacuée et n'est plus qu'une zone de non-droit ravagée par les tempêtes incessantes. Cohen est l'un des rares qui a choisi de rester. C'est un homme hanté par le décès de sa femme et de leur enfant à naître. Son errance solitaire prend fin lorsqu'il trouve une colonie de survivants menée par un prêcheur fanatique qui retient prisonnier des femmes et des enfants.
Cohen va les libérer et entamer avec eux un dangereux périple vers le nord.
Un roman post-apocalyptique sans concession dans la lignée de
La route de McCarthy.

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Michelle Charrier.

Une Pluie sans fin, de Michael Farris Smith, 10/18, 2016, 432 p., 8,40 €.

Après le gros coup de cœur que j'ai eu pour Nulle part sur la terre, il me fallait le premier roman de Michael Farris Smith. Oui, il me le fallait. En plus c'est un roman post-A. Donc MFM + post-a. = perfection. Enfin, j'espère.





Un SP


1949  : Josef Mengele arrive en Argentine.
Caché derrière divers pseudonymes, l’ancien médecin tortionnaire à Auschwitz  croit pouvoir s’inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L’Argentine de Peron est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et le médecin SS doit s’enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l’angoisse, ne connaîtra plus de répit… jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.
Comment le médecin SS a-t-il pu passer entre les mailles du filet, trente ans durant  ?
La Disparition de Josef Mengele est une plongée inouïe au cœur des ténèbres. Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d’opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l’argent et l’ambition. Voici l’odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.

La Disparition de Josef Mengele, d'Olivier Guez, Grasset, sortie le 17 août.

Merci aux éditions Grasset et à NetGalley !


Je vous souhaite un très bon dimanche et de belles lectures.

A demain ^^










1 commentaire:

  1. J'ai Vivre vite dans ma PàL. Si une LC te tente, n'hésite pas :-)
    Je ne connais pas l'autre titre :-)
    Belles lectures à toi!

    RépondreSupprimer