vendredi 17 mars 2017

Papillon de nuit

"Nous vivions pour le moment présent, un peu pour le passé, mais surtout il semblait que nous vivions l'un pour l'autre. Et ça, de toutes les choses qui surviendraient, ce serait peut-être le plus dur."


Auteur : R.J. Ellory
Titre VO : Candlemoth
Traducteur : Fabrice Pointeau
Editeur : Sonatine
Collection : Sonatine +
Date de parution : 04 juin 2015
Nombre de pages : 517
Prix : 14 €
Prix au format Kindle : 12,99 €
Existe en format poche (Le Livre de Poche) : 7,90 €


Présentation de l'éditeur

Après l'assassinat de Kennedy, tout a changé aux Etats-Unis. La société est devenue plus violente, la musique plus forte, les drogues plus puissantes. C'est dans cette Amérique en crise, celle du Vietnam, des luttes pour les droits civiques, celle de Jimi Hendrix, du Ku Klux Klan et du film de Zapruder que Daniel Ford a grandi. Et c'est là, en Caroline du Sud, qu'il a été accusé d'avoir tué Nathan Verney, son meilleur ami.
Nous sommes maintenant en 1982 et Daniel est dans le couloir de la mort. Peu de temps avant son exécution, un prêtre vient recueillir ses dernières confessions. Bien vite, il apparaît que les choses sont loin d'être aussi simples qu'elles en ont l'air. Et que la politique et l'histoire des sixties ne sont pas qu'une toile de fond dans la vie de Daniel, peut-être lui aussi victime de la folie de son temps.

Mon Avis

Je ne sais pas le moment où je suis devenue une inconditionnelle de R.J. Ellory. Est-ce l'instant où j'ai refermé Un Cœur sombre, son roman paru chez Sonatine l'année dernière ? Ou bien serait-ce le jour où j'ai eu la chance de rencontrer l'écrivain en personne en décembre dernier ? Peu importe. Dans tous les cas, je n'oublierai jamais ces deux moments. Comme je veux découvrir tous ses écrits dans l'ordre de publication, je me suis plongée dans son premier roman publié en Angleterre, Papillon de nuit (Candlemoth en VO). Autant vous confier dès maintenant, sans grand suspense au préalable, que ce livre restera à jamais dans ma mémoire, tant il est à la fois magnifique, sombre, cruel et lumineux. C'est une pure merveille. Je vous explique pourquoi.

Etats-Unis, 1982. Daniel Ford, 36 ans, attend de connaître la date de son exécution, dans le couloir de la mort. Au cœur de cet univers carcéral, dans la prison de Sumter, M. West, un gardien sadique, raciste, machiavélique règne en maître.

"La première fois que j'ai rencontré M. West, il m'a craché dessus. Il m'a craché en plein visage. J'avais les mains menottées et enchaînées à la taille. Mes pieds aussi étaient enchaînés. Je ne pouvais même pas m'essuyer. (...) M. West a un objectif unique et simple, qui se manifeste de nombreuses manières - humiliation, vexation, violence, et une cruauté effrénée. (...) Ici, en ce lieu, M. West est Dieu. (...)   
S'il y a bien un enfer, eh bien, c'est de là qu'il vient, et c'est là qu'il retournera. Je le crois. Je dois le croire. Car croire autre chose pourrait me faire perdre la raison." (pp.11-12). 
Si Daniel se trouve dans cet enfer, c'est que selon lui, il a trahi l'Amérique, et l'Amérique le lui fait payer. Le père John est auprès de lui pour lui parler, l'écouter et l'aider à accepter l'idée de sa mort prochaine. Alors Daniel se confie. Il est accusé du meurtre de son meilleur ami, Nathan Verney, qu'il considère comme son frère. En même temps que son récit, nous remontons le temps jusqu'en 1952, l'année où enfants, ils se sont rencontrés. A cette époque, ils ne voyaient nullement leurs différences. Daniel est blanc, Nathan est noir. L'Amérique prospérait mais les tensions subsistaient :


"L'Amérique grandissait, et dans les douleurs de la croissance elle sentait la menace d'émeutes et de révoltes qui couvaient dans l'ombre, à l'horizon, comme une tempête à l'approche." (p.30).

Pendant que les deux amis commettaient leur première bêtise commune en déposant un poisson fraîchement pêché dans la boîte aux lettres de Mme Chantry, la vieille sorcière de la ville, les manifestations, les émeutes, les agressions, les affaires politiques se répétaient et rendaient le climat extrêmement tendu. Puis, il y eut en 1960 cette bombe qui a explosé dans la maison d'un des premiers étudiants noirs. Dix Noirs ont été abattus dans le Mississippi. Le père de Nathan, pasteur, a eu la tête en sang, frappé par un policier parce qu'il était Noir. Pour les deux garçons, c'était de la pure folie.

Nous suivons progressivement l'histoire des Etats-Unis, notamment les prémisses de la guerre du Vietnam, et en même temps, Daniel nous narre son amitié infaillible avec Nathan, ses sentiments pour Sherley Rose puis pour Caroline. Une amitié magnifique malgré les agressions que subit Nathan de la part de jeunes de son âge. Daniel est toujours là pour le défendre, et vice-versa. Mais l'Amérique est sous le choc : en 1963, Kennedy est assassiné. Une vague d'émotion intense submerge la ville entière de Greenleaf et brise temporairement toutes les divisions :

"Les gens erraient dans les rues, brisés comme des poupées de paille. (...) Kennedy avait un jour dit : il n'y a pas de stèles blanches ou de couleurs dans les cimetières militaires. Et c'était l'impression qu'on avait ce 22 novembre. Aucune division entre Blancs et Noirs dans notre chagrin." (p.83).

Peu après, le père de Daniel a une attaque. Là encore, l'histoire de l'Amérique fait écho à la vie de Daniel.

La guerre du Vietnam a débuté. L'amitié entre Daniel et Nathan est menacée. L'ombre de l'appel plane sur les deux jeunes hommes. Qui sera appelé pour mourir à l'autre bout du monde ? L'amitié si fusionnelle survivra-t-elle à la guerre et à la montée de la violence et du racisme ?

Papillon de nuit a tout d'abord une belle richesse historique. Nous apprenons énormément de choses sur l'histoire des Etats-Unis des années 60 aux années 80. C'est tout simplement fascinant de voir défiler tous ces événements, tous ces drames, et les voir faire écho sur les vies de Daniel et Nathan. L'auteur a su nous montrer les multiples visages de l'Amérique pendant ces périodes de crises et de troubles.
Les sentiments sont forts, intenses chez ces personnages, mais aussi sur ceux qui les entourent, comme Mme Chantry qui jouera un rôle important dans la vie de Daniel, et comme Linny, jeune femme hippie décomplexée et pleine de vie.

Je n'ai lu qu'Un Cœur sombre pour l'instant, mais j'ai facilement reconnu le style remarquable de R.J. Ellory, ses mots, ses phrases à couper le souffle, ce mélange habile entre beauté et noirceur. Difficile à croire que Papillon de nuit est son premier roman tant il est tout simplement parfait. Il a su ici lier étroitement l'histoire troublante des Etats-Unis et les vies de deux jeunes hommes que tout oppose. Il y est question de folie, de complots politiques, de scandales, de la fuite ou de la responsabilité face à la guerre qui gronde, de liberté.

Pour conclure, Papillon de nuit est un chef-d'oeuvre. L'amitié entre Nathan et Daniel est simplement belle, et tente de se protéger des tensions, de la haine raciale, du climat malsain qui s'est enraciné aux Etats-Unis. L'histoire de cette grande nation se répercute dans cette relation fusionnelle. J'ai beaucoup appris sur ce pays, j'ai ressenti énormément d'émotions à travers l'épopée de Daniel et de Nathan. On est au cœur même de l'âme de Daniel, on est plongé dans son cœur sombre. Les mots choisis par R.J. Ellory sont magnifiques. Il y a également un suspense latent, une tension tout au long du livre, qui démarre avec le monde carcéral, plus précisément avec les couloirs de la mort. Comment vous dire que ce roman est d'une beauté saisissante, perturbante, percutante et obscure à la fois ? Comment vous dire qu'en achevant cette chronique, j'en ai les larmes aux yeux ? En quelques mots : chef-d'oeuvre.

(absolu)

N.B. : Papillon de nuit est sorti en poche le 1er février dernier... N'hésitez surtout pas. Mon petit doigt me dit qu'un grand concours approche sur le blog... Restez à l'affût 😉





A bientôt pour une prochaine chronique ^^




2 commentaires:

  1. Quel livre !!!! Je ne pouvais pas le lâcher ! C'est dingue comme je suis devenue une inconditionnelle moi aussi en peu de temps. Je venais de terminer Seul le silence quand nous l'avons rencontré. Je l'ai lu exprès pour ce jour là !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel talent, ce Roger ^^
      J'avais lu uniquement Un Cœur sombre avant de le rencontrer. Comme pour toi, je ne pense qu'à lire tous ses autres romans ! Le prochain sera Seul le silence justement :)

      Supprimer