jeudi 29 décembre 2016

Throwback Thursday livresque #11

Le Throwback Thursday livresque est un nouveau rendez-vous inspiré du "Throwback Thursday" d'Instagram, et créé par le blog BettieRose Books.
Le principe est simple : on partage chaque jeudi une lecture qui correspond à un thème donné.
Le récapitulatif des liens se trouve sur le blog de BettieRose Books.

Le thème de cette semaine est :


Nouvelle année :
1er souvenir de 2016




Le premier roman que j'ai lu en 2016 : à peine sorti le 7 janvier, je commençai à lire ses premières lignes sur ma liseuse. Il s'agit de :




"J'ai rencontré Reda le soir de Noël 2012, alors que je rentrais chez moi après un repas avec des amis, vers quatre heures du matin. Il m'a abordé dans la rue et j'ai fini par lui proposer de monter dans mon studio. Ensuite, il m'a raconté l'histoire de son enfance et celle de l'arrivée de son père en France, son père qui avait fui l'Algérie. Vers six heures du matin, il a pris plusieurs de mes affaires, il a sorti un revolver et il a dit qu'il allait me tuer. Il m'a insulté, frappé, violé. Le lendemain les démarches médicales, policières et judiciaires ont commencé, qui, plus qu'elles ne réparent la violence, la prolongent et l'aggravent." Ce livre retrace l'histoire de cette nuit et des jours suivants. Construit comme un huis clos, il tient son originalité de la puissance de son sujet, et de sa construction formelle. En effet, plus tard, Edouard se confie à sa soeur, qui décrit à son tour les faits à son mari. Edouard l'entend par une porte entrouverte. Les deux récits s'entremêlent dans une spectaculaire opposition de langages, offrant des points de vue différents sur ce qui s'est passé cette nuit-là, sur ce qui peut permettre de comprendre les dynamiques de l'agression et du traumatisme. Ils évoquent l'enfance d'Edouard, mais aussi celle de Reda et de son père, les effets de l'émigration, du racisme, de la misère. Et posent des questions sur les mécanismes judiciaires auxquels les victimes sont confrontées ou encore sur le rôle de l'amitié. Ce livre propose une histoire de la violence, de ses origines, ses raisons et ses causes.


Je ne connaissais pas la plume d'Edouard Louis, l'auteur du célèbre En finir avec Eddy Bellegueule, et comme les médias en parlaient beaucoup, c'était l'occasion pour moi de la découvrir dans Histoire de la violence. Je ne m'attendais pas à une telle plume, puissante, percutante, qui ne se cache pas derrière de plombantes figures de style.
Cette nuit horrible où l'auteur a été frappé, agressé et violé est racontée avec des mots simples mais si bruts que la violence qu'elle inspire nous explose au visage. Et lorsque l'auteur/narrateur vient porter plainte, le comportement et l'incompétence des policiers renforcent ce sentiment de violence, de malaise.
Ce roman se compose de deux voix : celle d'Edouard Louis, et celle de sa sœur, qui relate à son mari ce que lui a rapporté son frère. Celle de la sœur est racontée avec un langage "populaire", et sa propre vision de l'agression créent un fort contraste avec le récit d'Edouard. Ce sont deux visions différentes d'un même traumatisme.
Bref, j'ai découvert là un auteur qui est visiblement encore traumatisé, choqué, qui cherche à comprendre ce qu'il lui est arrivé. J'ai eu l'impression que cela s'est vu dans sa manière d'écrire. Je pense qu'on ne sort pas vraiment indemne à la fin de cette lecture.

L'édition poche sort le 5 janvier 2017 ! Vous n'avez donc aucune excuse pour le découvrir :)


Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour le thème : "Résolutions".

A bientôt pour une prochaine chronique ^^




16 commentaires:

  1. Mon excuse sera que je n'aime pas trop les lires de poche Points ! (A part les Oates, je n'ai pas trop le choix :-s) ^^ Je ne sais pas encore si j'ai envie de découvrir l'histoire de cet homme mais tu me donnes plus envie que d'autres billets que j'ai lus. Ma première lecture de 2016 fut Les éléphants rouges, de la série de BD Communardes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ce n'est peut-être pas l'histoire idéale pour débuter l'année :D
      Je ne connais pas ta première lecture de 2016, mais je vais me renseigner :)

      Supprimer
  2. Je ne connais pas du tout mais tu donne envie de le découvrir ^^
    Belle semaine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super ! Je te souhaite de passer un très bon réveillon :)

      Supprimer
  3. Outch ! Quelle histoire. Je crois que je vais prendre le poche dans l'année. Car c'est certainement une de ces lectures essentielles, si tu vois ce que je veux dire par là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vraiment l'histoire d'un traumatisme qui perdure. Cela donne à réfléchir.

      Supprimer
  4. J'ai découvert l'existence de ce roman, il y a peu en suivant les actualités, l'homme accusé du viol clamant son innocence. Je pense que je vais profiter de sa sortie en poche pour me l'acheter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je crois qu'il voulait faire retirer le livre de la vente sous prétexte qu'il ne respectait pas la présomption d'innocence. Et la procédure est toujours en cours 4 ans après les faits... :/

      Supprimer
  5. Ce livre à l'air poignant et tu me donnes envie de le lire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laurine ! Oui il est vraiment poignant en effet.

      Supprimer
  6. Je ne connais pas mais j'ai envie de le découvrir ! Merci !

    RépondreSupprimer
  7. Ouh là c'était une lecture "lourde" pour commencer l'année. Un livre qui laisse des traces !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il existe des livres plus positifs que celui-là :D Je commençais bien l'année ^^
      Gros bisousss

      Supprimer
  8. Ce n'est pas du tout mon genre de lecture, même si c'est certainement très bien. Je ne suis pas du tout "témoignages".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout qu'ici c'est un témoignage vraiment dur, très poignant. Belles lectures à toi !

      Supprimer