vendredi 11 novembre 2016

La Voix des vagues

"J'avais fait à ce bébé tant de promesses : je lui avais promis de l'aimer, de la protéger, de me battre pour elle. La férocité de mon amour m'était arrivée comme un choc. Elle était tout ce qui importait." 


Auteur : Jackie Copleton
Titre VO : A Dictionary of mutual understanding
Traduction : Freddy Michalski
Edition : Les Escales
Genre : Historique
Date de parution : 13 octobre 2016
Nombre de pages : 360
Prix : 21,90 €
Prix Kindle : 14,99 €



4e de couverture

Lorsqu'un homme complètement défiguré frappe à sa porte et lui annonce qu'il est son petit-fils disparu depuis des années, Amaterasu Takahashi est bouleversée. Mais peut-elle le croire ?
Sa vie a basculé le 9 août 1945, le jour où les Américains ont bombardé Nagasaki. Pendant des semaines, elle a cherché les siens dans la ville en ruine. En vain.
Avec l'arrivée de cet homme, s'ouvre une boîte de Pandore d'où s'échappent les souvenirs. Amaterasu qui a quitté le Japon pour les Etats-Unis se remémore ce qu'elle a cherché à oublier : son pays, sa fille qu'elle a tant voulu protéger, l'histoire d'amour qui les a séparées et le secret qu'elle a enfoui au plus profond d'elle-même.

Mon Avis

Il y a quelques semaines de cela, j'ai découvert ce livre magnifique partout sur Instagram. Je suis tombée irrémédiablement amoureuse de sa couverture, sans savoir le moindre élément de l'histoire. J'ai réussi à me le procurer d'occasion, dans un état neuf, pour mon plus grand bonheur. Il m'aura fallu un peu plus de quatre jours pour le terminer : j'ai choisi de savourer ma lecture, mot par mot, page par page. Je l'ai fini ce matin et j'en ressors toute émue. Oui, vous l'aurez compris : ce premier roman est un coup de cœur.

Amaterasu Takahashi est une vieille dame japonaise vivant aux Etats-Unis. Sa petite vie tranquille est complètement bouleversée lorsqu'elle reçoit la visite d'un homme au visage couvert de cicatrices, qui se dit être son petit-fils, Hideo, censé être décédé durant le bombardement de Nagasaki, le 9 août 1945. Amaterasu refuse de le croire. Cependant, l'homme ajoute qu'il est détenteur d'un colis pour elle. Il a reçu pour consigne de sa mère adoptive de ne pas l'ouvrir et de le remettre en main propre à Amaterasu.
Cette intrusion fait ressurgir des souvenirs douloureux à la vieille femme : le souvenir de sa fille Yuko, décédée elle aussi lors du bombardement ; ses regrets ; son chagrin d'avoir perdu ceux qu'elle aimait et la nostalgie de son pays natal qu'elle a dû quitter.

La Voix des vagues est une magnifique fresque familiale autour du personnage d'Amaterasu, une femme incroyablement forte malgré les épreuves et les horreurs qu'elle a dû affronter durant sa vie. Elle est une figure maternelle à la fois sévère, attachée à ses valeurs mais qui aime profondément sa fille et son petit-fils.
L'auteure a choisi de raconter son histoire sur différentes périodes : sa vie actuelle aux Etats-Unis, les prémisses de la seconde guerre mondiale au Japon, sa vie pendant la guerre, la tragédie du 9 août 1945 et les quelques jours qui ont suivi, l'arrivée du couple Takahashi aux Etats-Unis en 1946. Toutes ces périodes de vie ne sont pas relatées de manière linéaire par la narratrice, Amaterasu, mais plutôt sous forme de nombreux allers-retours entre le passé et le présent, ce qui donne un bon rythme au récit. Les nombreuses correspondances et les extraits du journal intime de Yuko contribuent également à la bonne dynamique du récit.

Ce roman raconte également la guerre et ses horreurs. En effet, Ama échappe à la mort le 9 août 1945 mais elle est témoin de toutes les horreurs que la bombe a laissé sur son passage. Ces moments du livre sont éprouvants, au point que j'en ai eu les larmes aux yeux. Ces images sont le reflet de la réalité, l'auteure ayant recueilli des témoignages de rescapés.
On apprend également beaucoup sur l'histoire du Japon des années 30 et 40 à travers les yeux d'Ama. C'est enrichissant sans être lassant pour autant.

Ensuite, l'auteure explore le thème du secret au sein d'une famille japonaise, si attachée comme toutes les autres aux principes, fuyant à tout prix la honte et le déshonneur. Nous allons découvrir en effet que Yuko cachait des secrets à sa mère qu'elle conservait dans son journal intime, récupéré après sa mort par Ama. Néanmoins, on sent qu'Ama, au même titre que sa fille, a des secrets concernant son passé enfouis en elle.

La Voix des vagues relate aussi plusieurs histoires d'amour, d'infidélités et de trahisons. Il y a des déclarations d'amour très touchantes dans ce roman, des sentiments très forts entre des personnages très bien construits, à la psychologie approfondie. Ce livre est incroyable et formidable, tant il m'a fait passer par toutes sortes d'émotions.

Puis, ce livre est aussi un roman sur la faute, la culpabilité. Ama est déchirée par la mort de sa fille. Elle est persuadée que si elle avait réagi différemment avec elle, elle aurait survécu à cette horreur. Elle imagine également comment aurait été son avenir si elle avait été encore en vie. Par ailleurs, il en est de même pour un autre personnage, qui a vécu lui aussi d'horribles moments en tant que bourreau, d'une certaine manière, durant la seconde guerre mondiale.

Enfin, ce roman est original par ces entrées de dictionnaire concernant la culture japonaise. Elles se trouvent sous les titres des chapitres. Par exemple, voici un début de chapitre typique du livre  :  

Evidemment, l'entrée a toujours un lien avec le thème du chapitre. J'ai appris plein de choses sur la culture et l'histoire japonaises, moi qui suis passionnée depuis de longues années, cela ne pouvait que me ravir.

En conclusion, La Voix des vagues est un premier roman magnifique à la plume majestueuse et à la traduction parfaite, qui dépeint une fresque familiale japonaise, notamment celle d'Amaterasu. Les personnages ont une profondeur psychologique et un côté très attachant. Ce roman est intense émotionnellement puisqu'il y est question du 9 août 1945, mais on y parle aussi d'amour, de secrets de famille et de trahisons. Ce livre fait 360 pages, mais il est particulièrement dense en révélations. Je n'ai pas eu cette sensation d'ennui que tout lecteur redoute. Et cette immersion dans la culture japonaise est délicieuse et fascinante.
Je vous recommande donc vivement ce roman, en plus publié dans une très jolie édition. Il ravira les amateurs de romans historiques, de romances aussi, et tous les passionnés du Japon (mais pas que).

COUP DE COEUR




Ma note : 20/20

A bientôt pour une prochaine chronique ^^




6 commentaires:

  1. C'est typiquement le genre d'histoire qui peut me plaire : secrets de famille, culture différente, seconde guerre mondiale et ce qui en découle.
    Du coup, je n'ai d'autre choix que de l'ajouter à ma wish-list :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le conseille, ce roman est magnifique :)

      Supprimer
  2. Mais euh tu ne devais pas lire quelque chose de léger ? Parce que là c'est du lourd. Rien que de lire ta chronique j'en ai des frissons. La perte d'un enfant, je n'ose l'imaginer et c'est vrai que j'ai du mal à lire tout ce qui s'y rapproche même si c'est romancé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Promis, au mois de décembre, je lis du feel good ^^ Ca me mettra dans l'ambiance de Noël !

      Supprimer
  3. Egalement une très belle histoire que j'ai adorée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente qu'elle recueille de si bons avis :)

      Supprimer